11 Novembre en Alsace-Moselle : l’appel aux maires d’Unsri Gschìcht

Les commémorations du 11-Novembre approchent et, à cette occasion, Unsri Gschìcht appelle l’ensemble des maires d’Alsace et de Moselle à organiser des cérémonies « dignes, honnêtes et respectueuses de notre histoire ». L’association historique régionaliste rappelle en effet que « l’immense majorité » des soldats alsaciens-mosellans de la Grande Guerre se sont battus « sous l’uniforme feldgrau » des Allemands et que leur patrie d’alors était l’Allemagne. « Tous les ans, les commémorations organisées le 11 novembre honorent la mémoire des soldats morts pour la France durant la Première Guerre mondiale. Sauf qu’en Alsace et en Moselle, nos soldats sont morts pour l’Allemagne, leur patrie d’alors », écrit l’association en substance.

380 000 Alsaciens-Mosellans ont été mobilisés sous l’uniforme allemand en 14-18. 50 000 ont été tués et 29 000 blessés. « En 1914, les Alsaciens-Mosellans qui se sentent Français constituent une exception, assure Unsri Gschìcht. « Seuls 20 000 Alsaciens-Mosellans ont combattu dans l’armée française, parmi lesquels des expatriés d’avant 1914, d’authentiques déserteurs et des prisonniers de guerre enrôlés dans les camps français », appuie encore l’association.

« Dans une population germanophone (à 87 % – recensement de 1910), la mobilisation annoncée le 1er  août 1914 s’effectua sans surplus dramatique s’ajoutant à la crainte universelle de la mort. Les hommes mobilisés avaient fait leur service militaire de deux ans dans l’armée allemande, après lequel ils avaient été régulièrement sollicités par l’armée dans le cadre de la réserve », rappelle le Dr Eric Ettwiller, agrégé d’histoire, président d’Unsri Gschìcht.

Par conséquent, en Alsace-Moselle, la lecture de lettres de Poilus ou l’interprétation du chant La Madelon par des enfants, pour honorer la mémoire des soldats de 14-18, semblent « inconvenants » à Unsri Gschìcht. Il s’agit d’une « atteinte à la vérité » et d’une « falsification de l’histoire », et c’est le signe que l’État « persiste à refuser de reconnaître la singularité de l’histoire de l’Alsace et de la Moselle ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :