1920 : Propagande française par le cinéma

Le Service de propagande français créé durant la guerre de 1914/18 est une véritable machine de guerre destinée à faire croire au monde entier que le vœu le plus cher des Alsaciens et des Mosellans est de RE-devenir français. (Seuls ceux nés avant 1871 pouvaient redevenir français). Des sommes folles ont été dépensées par les... Lire la Suite →

1914/18 : La guerre aérienne en Alsace

Durant la guerre, l’Alsace était régulièrement bombardée par l’aviation française qui théoriquement ne visaient que les batteries anti-aériennes, les terrains d’aviation et les casernes. Certains aviateurs vengeaient leurs camarades tués, en bombardant la population civile. L’adjudant Maneval raconte dans la « Guerre aérienne illustrée » du 20 décembre 1917. «17 août : Une journée de plus de passée, une... Lire la Suite →

20/11/1918 : Antisémitisme à Colmar

Incendie et saccage de commerces juifs colmariens Deux jours après l’arrivée du général Castelnau à la tête des troupes françaises, dix magasins du centre-ville dont neuf appartenant à des Juifs colmariens sont pillés, les vitrines sont brisées, le magasin d’ameublement Mandowsky (illustration de l’article) place de la cathédrale est incendié. L’opération a eu lieu le... Lire la Suite →

1914/18 : Boche pour rire

Durant la guerre de 14/18, sous prétexte d’humour, de nombreux dessinateurs français ont créé des cartes postales racistes représentant des enfants jouant à la guerre. Ces cartes transmettent la haine du « Boche » ainsi que des idées de représailles allant jusqu’au viol des femmes allemandes par l’armée française. Ces cartes sont à l’opposé des valeurs humanistes... Lire la Suite →

Histoire falsifiée : le langage des Alsaciens

L’Alsace était à jamais perdue pour les Romains. Les Francs s’établirent dans tout le pays. Il faut croire que c’est à ce moment-là que l’usage de la langue allemande se répandit dans la plaine d’Alsace, car dans les vallées des Vosges on continua longtemps à parler la langue gauloise ; aujourd’hui encore, on y parle une... Lire la Suite →

1914 : La haine

L’académicien Jean Richepin est l’auteur d’un texte haineux paru dans le « petit Journal » en octobre 1914, laissant croire que les militaires allemands coupaient les mains des garçons pour les empêcher de devenir soldats. Il n’y a aucun témoignage ni aucune trace d’une telle barbarie. Son texte, illustré par des germanophobes a fait le tour du... Lire la Suite →

1354 : Fondation du Zehnstädtebund (Ligue des dix Villes Impériales).

La ligue est improprement dénommée Décapole par la France à partir du 17ème siècle. C’est une ligue de dix villes libres impériales (Freie Reichsstädte). Elles ne dépendent que de l’Empereur du Saint-Empire-Germanique, auquel elles sont liées pour l’éternité et jouissent de la supériorité territoriale. Elles siègent et votent aux Diètes (Landtag) de l’Empire. Les autres... Lire la Suite →

1872-1918 : Ridicules cartes patriotiques

Les cartes postales patriotiques sont les plus sournois instruments de propagande. Diffusées en quantités phénoménales, elles pénètrent dans tous les foyers français pour y distiller une histoire falsifiée de l’Alsace. La correspondance au dos des cartes postales de propagande est banale : courrier à la fiancée, à l’épouse à la famille, ou aux copains. Dans ma... Lire la Suite →

1794 : Rapport du comité de Salut public

Au nom des Droits de l’Homme les Révolutionnaires veulent éradiquer toutes les langues autre que le français. L’allemand est déclaré langue de l’ennemi. Les Alsaciens tout comme les autres peuples doivent renier leur langue maternelle. Le Rapport établi par Bertrand Barère de Vieuzac (1755-1841) est édifiant : (extraits concernant l’Alsace) : Je viens appeler aujourd'hui votre attention... Lire la Suite →

1918 : Deutsche in Elsass-Lothringen: Verlacht und vertrieben

Frankfurter Zeitung 17.12.1918 - Aktualisiert am 17.12.2018 Im Städtchen Colmar in Elsaß-Lothringen, spielen sich schlimme Szenen ab. Unter dem Spott ihrer Mitbürger zwingen französische Militärs deutsche Bewohner zur Ausreise. Nachdem Straßburg die Ausweisung Deutscher oder deutschgesinnter Elsässer in der den neuen Kulturformen entsprechenden Aufmachung an der Kehler Rheinbrücke erleben durfte, konnte Colmar, die politische Metropole... Lire la Suite →

20/11/1918 : Pillage de commerces de Juifs colmariens

Deux jours après l’arrivée du général Castelnau à la tête des troupes françaises, neuf magasins du centre-ville appartenant à des Juifs colmariens sont pillés, les vitrines sont brisées, une maison est même incendiée. Il s’agit des commerces appartenant aux familles Kaufmann, Kegel, Knopf, Félix Levy, Meyer, Süssel, Wilnius, Wolf et Mandowsky dont le magasin était... Lire la Suite →

1915 : Propagande française.

Une grossière photo de propagande destinée à faire croire que l'armée française a été chaleureusement accueillie et que les Alsaciens sont ravis de devenir Français. Les civils sont rares sur ce document, et pour cause : Dammerkirch / Dannemarie vit sous un régime de dictature militaire mis en place par le général Dubail. Les hommes qui... Lire la Suite →

1915 : Les pires des photos de propagande

Des petits Alsaciens de Thann déguisés en Poilus portant des drapeaux bleu-blanc-rouge alors que les hommes de leurs familles sont soit militaires allemands, soit séquestrés dans des camps en France après avoir été raflés par l'armée française, soit tués à la guerre. En effet, après une percée dans le Sundgau, les troupes françaises, occupèrent Thann dès 1914. Une écœurante mise en... Lire la Suite →

MIN DORF par Onkel Jeannot (parodie)

Jean Jacques Léon Waltz dit Hansi, a été poursuivi à la veille de la guerre de 1914-18 par la justice impériale pour diffamation ainsi que pour son ouvrage germanophobe « Mon Village ». En France, on crie au scandale. Waltz qui a un discours victimaire se plaint de la brutalité allemande et du manque de liberté dans... Lire la Suite →

1918 : Falsification de l’Histoire alsacienne

Straßburg : L'Alsace honorant les tombes des héros français le 21 novembre 1918 La légende bilingue est mensongère, il s'agit d'un cimetière militaire allemand, on peut lire le grade des défunts sur les croix. La date n'est pas choisie au hasard : l'armée française vient d'entrer à Straßburg, cela signifie qu'il est possible d'honorer les... Lire la Suite →

1921 : Le grossier soldat Léon et les Alsaciennes

À force de seriner depuis cinquante ans que les Alsaciens sont français et qu’ils détestent les Allemands, les militaires français incorporés dans des casernes en Alsace, ne peuvent pas s'imaginer que la population est germanophone et ne les comprend pas. Les Alsaciennes ne ressemblent pas du tout à celles des photos de propagande ni à... Lire la Suite →

1900 : Alsaciennes et Alsaciens

Les costumes traditionnels sont austères et uniquement portés les dimanches et jours de fêtes à la campagne, principalement dans le nord de l'Alsace. Les cartes postales d'Alsaciennes diffusées en France à grande échelle sont inspirées des dessins de Jean-Jacques Waltz. Elles sont pour la plupart réalisées en studio par des photographes n'ayant jamais été en... Lire la Suite →

1918 : Profanation du monument aux morts au Hartmannsweilerkopf

Dès le début de la guerre, l’armée française envahit le Land Elsaß-Lothringen et prend position sur les sommets Vosgiens dont le Hartmannsweilerkopf qui domine la vallée du Rhin. Les régiments impériaux les plus proches dans lesquels se trouvent de nombreux Feldgrauen Alsaciens-Mosellans sont envoyés au combat. Les affrontements dureront toute la guerre et feront des... Lire la Suite →

1914-1918 : Femmes déguisées en Alsaciennes

En Alsace, existent des dizaines de costumes régionaux tous différents les uns des autres. Ils ont un point commun, les robes descendent aux chevilles. Jean-Jacques Waltz dit Hansi a inventé un déguisement d’Alsacienne, polyvalent reconnaissable par tous, en utilisant le Schlupfkàpp, la grande coiffe à nœud, uniquement porté dans le nord de l’Alsace. Les Alsaciennes... Lire la Suite →

1836 : Visite de Napoléon III en Alsace

Afin de rendre honneur à l'empereur Napoléon III, les francophones étant rares, la Ville de Straßburg a engagé des comédiens pour l'acclamer. En costumes traditionnels, ils apprenaient à répéter : Fife l'emberer !

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑