1836 : Visite de Napoléon III en Alsace

Afin de rendre honneur à l'empereur Napoléon III, les francophones étant rares, la Ville de Straßburg a engagé des comédiens pour l'acclamer. En costumes traditionnels, ils apprenaient à répéter : Fife l'emberer !

1908 : Le bourgmestre Blumenthal présente Hansi à Sa Majesté

BÜRGERM. BLUMENTHAL STELLT S.M. HANSI VOR Jean Jacques Léon Waltz dit Hansi n'avait pas que des amis en Alsace. Sa germanophobie énervait plus d'un. Lors de la visite de l'empereur Wilhelm II à Colmar, le dessinateur Léon Stein a caricaturé Hansi, enfermé dans une cage, en train de manger un soldat allemand.

1930 : Aux anciens Feldgrauen Alsaciens

Le témoignage de Charles Hueber, maire de Strasbourg de 1929 à 1935, concernant les cérémonies patriotiques de novembre 1918 ne correspond pas aux communiqués militaires repris par la presse nationale et internationale. Afin d’éviter toutes manifestations d’hostilité, les défilés militaires ont eu lieu avant la démobilisation des Feldgrauen alsaciens-mosellans le premier décembre 1918. Officiellement l’Alsace-Moselle... Lire la Suite →

24/12/1918 – Libération des prisonniers feldgrauen alsaciens-mosellans

Le retour des Feldgrauen alsaciens-mosellans, prisonniers en France est une vraie mascarade organisée par les autorités militaires de plusieurs villes dont Metz et Colmar. Les uniformes allemands sont confisqués. Avant leur libération, les prisonniers alsaciens-mosellans sont déguisés en Poilus et doivent défiler au son de la musique militaire de leurs anciens ennemis. Certains prisonniers ont... Lire la Suite →

1871-1918 : Kriegervereine (amicales patriotiques)

La traduction de Kriegerverein, « Club de Guerriers » laisse entendre ce sont des associations d’anciens combattants, ce qui n’est pas le cas des Alsaciens et Mosellans qui ont fait leur service militaire mais pas la guerre. Le Roman national raconte que les Kriegerverein sont des clubs paramilitaires exclusivement composés de vieux notables et de militaires venus... Lire la Suite →

Saccage du patrimoine impérial alsacien

Depuis la guerre de 30 ans, la France n'admet pas l’existence de palais impériaux en Alsace. En 1677, Louis XIV en personne donne l’ordre de détruire la ville de Hagenau. La raison profonde est qu’il ne supporte pas l’existence d’un palais impérial, la Kaiserpfalz de Friedrich Barbarossa, sur ce qu’il considére comme sa propriété. Le... Lire la Suite →

1914 : Propagande antigermanique

Dès le début de la guerre de 1914/18, l'académicien Jean Richepin imagine des scènes de guerre où l'armée allemande commet les pires horreurs. Succès immédiat, plusieurs dessinateurs mettent son texte en image et publient des cartes postales. Les Allemands ripostent en éditant des cartes montrant des soldats Feldgrauen partageant leur pain avec des enfants. LA... Lire la Suite →

Volkstrauertag – Jour de deuil

Aujourd'hui en Alsace-Moselle, le 15 novembre 2020 est un jour de recueillement à la mémoire des victimes de toutes les guerres. Une pensée pour tous les Alsaciens et les Lorrains morts de faim, de froid ou massacrés durant la guerre de 30 ans et lors des guerres de Louis XIV qui a fait dévaster la... Lire la Suite →

29/11/1918 : Proclamation du maire de Metz.

La ville de Metz vit sous un régime de dictature militaire. À peine nommé, le nouveau maire Charles Victor Prével s’adresse aux citoyens du Land Elsaß-Lothringen d’origine allemande. Ceux-ci sont parfaitement implantés depuis plusieurs générations se sont mélangés à la population locale. Prével les traite en ennemis qui auraient fait subir des mauvais traitements aux... Lire la Suite →

1918 : Critique du discours de Raymond Poincaré

Le président de la République française à StrasbourgIl ne nous est malheureusement pas possible, vu le manque de place, de reproduire ici tous les discours importants qui se prononcent un peu partout, à l'occasion de la victoire et de l'occupation de l'Alsace-Lorraine. Notons cependant les paroles fort éloquentes par lesquelles M. Poincaré a pris possession... Lire la Suite →

8/12/1918 : Poincaré à Straßburg

« L’accueil de Poincaré à Strasbourg, interprété par la presse française comme une dévotion enthousiaste du peuple alsacien envers la France, n’était en réalité qu’une mascarade habilement mise en scène pour tromper les étrangers. Il est bien connu que l’importante participation de jeunes en costume alsacien a été évoquée comme une preuve particulière du consentement de... Lire la Suite →

1918 : Servilité des élus alsaciens

Dès l’arrivée des troupes françaises en novembre 1918, les citoyens du Land Elsaß-Lothringen vivent sous un régime de dictature militaire. De nombreuses rues sont rebaptisées manu-militari du noms de généraux français, responsables de la mort des trois-quarts des Feldgrauen Alsaciens-Mosellans tués à la guerre. Certains élus serviles comme le maire de Colmar en profitent pour... Lire la Suite →

1918 : Violation de la Convention d’Armistice

Dès l'arrivée des troupes françaises en Alsace-Lorraine, la population vit sous un régime de dictature militaire. L'éblouissement tricolore n'était qu'un feu de paille. Les citoyens du Land Elsaß-Lothringen occupé sont triés selon des critères ethniques et politiques. Les fiches domiciliaires des indésirables sont marquées d'un tampon rouge "ÉTRANGER". Ces fiches mentionnent les adresses successives, les... Lire la Suite →

1936 : Inauguration de la croix du Hartsmannweilerkopf

Le soir du 10 novembre 1936 est inaugurée une croix à la mémoire des Poilus, responsables de la mort des trois-quarts des Feldgrauen alsaciens-mosellans tués sur le front Ouest durant la guerre de 1914/18. Le général de Pouydraguin, le briseur des grèves des mineurs de potasse en 1919 participe à l'inauguration du monument. Lors de sa... Lire la Suite →

1914-18 : Les Malgré-nous Alsaciens et Mosellans

La Convention de La Haye du 18 octobre 1907, reconnue par la France en 1910, interdit à tout belligérant d'obliger les ressortissants du pays adverse à se battre contre ce dernier. De ce fait, les Alsaciens-Lorrains, citoyens allemands, n'avaient pas le droit de se battre contre leur Heimat. La plupart des 6000 engagés plus ou... Lire la Suite →

Monuments à la mémoire des Feldgrauen Alsaciens

Après avoir été occupé par l’armée française en novembre 1918, le Land Elsaß-Lothringen est officiellement annexé le 10 janvier 1920 par la ratification du traité de Versailles. 50 000 Feldgrauen Alsaciens-Mosellans sont morts pour leur patrie allemande, dont les trois-quarts ont été tués sur le front français. ils sont considérés comme des parias par le Gouvernement... Lire la Suite →

1870/71 en Alsace-Moselle : annexion ou libération ?

https://www.youtube.com/watch?v=_L0-iSx-1kg&feature=share&fbclid=IwAR3b848AmxlBbkY-uCzys2177Ke_ZdPgtp7LhbAbVlzjMEeRf83TbDO7oYA Pour l’historiographie française officielle, la perte de l’Alsace-Moselle résulte d’une annexion qui placera sa population – présentée comme française de toute éternité – sous une terrible domination allemande. Selon la légende, Les Alsaciens-Mosellans n’opteront-ils en masse pour la mère Patrie ? Une sémantique qui permettra à la France de justifier, en 1914, sa lutte... Lire la Suite →

1871-1918 : Chansons haineuses et revanchardes

Marthe Chenal, soprano d'opéra française, déguisée en Alsacienne. La perte de l’Alsace et la haine du « Boche » sont le fonds de commerce de nombreux chansonniers, écrivaillons, illustrateurs et photographes. La plupart de ces germanophobes n’ont jamais mis les pieds en Alsace mais ils s’expriment au nom de ses habitants qu’ils ne connaissent pas. Ceux qui... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑