Lauffer : une famille de migrants

Lauffer est un nom en voie de disparition. Il reste environ 5.000 personnes dans le Monde portant ce patronyme. Originaires principalement du Württemberg, on trouve quelques Lauffer en Alsace ainsi qu’une grande communauté en Pennsylvanie (USA).

Martin Lauffer, né à Schwenningen en 1757, a posé ses valises et ses outils de cordonnier à Boofzheim où il a fondé une famille en épousant Marguerithe Elisa Stahl, en 1788. Sept enfants sont nés de cette union. Les cordonniers n’avaient pas tous un atelier dans un village. Beaucoup de cordonniers étaient itinérants, allant de ferme en ferme proposer leurs services.

Martin est le fils de Georg Lauffer, sellier à Schwenningen et de Schlenkerin Anna

Marguerithe Elisa née le 12 août 1763 est la fille Johannes Stahl, tisserand né à Boofzheim et de Anna Eva Herrenknecht, de Allmannsweier en pays de Bade. Martin et son père Georg exerçaient des métiers manuels et possédaient peu de biens. Surprise, leurs ancêtres faisaient partie des familles patriciennes du sud de l’Allemagne. Leurs ancêtres Lauffer exerçaient tous des professions de notables : huissiers, médecins-herboristes, juges, juristes, maires…

Vers 1560 nait Hans. Il est le fils de Jacob Lauffer et d’Euphrosine von Freiberg. Euphrosine descent des grandes familles patriciennes : Bletz von Rottenstein, Rechling von Meldegg, von Reischach…

En 1545, l’Allemagne était en guerre contre l’Empire ottoman. Un impôt exceptionnel « Türkensteuer » a été levé. Jacob Lauffer(n°128) a été ponctionné de 650 Guldens, son valet Peter de 7, un garçon d’écurie 1.

Sources : Généalogie Michael Schlenker –

QUELLEN ZUR SCHWENNINGER GESCHICHTE VON 890 BIS 1600 par Otto Benzing – 1983 – verlag Hermann Kuhn

LAUFFER MARTIN

LAUFFER JOHANNES.PNG

LAUFFER ALT HANS

Les descendants de Martin Lauffer (1757-1829)

Philipp Jacob est né le 22 novembre 1832, fils de Johannes (1789-1868), tisserand et petit fils de Martin Lauffer. Philipp Jacob est envoyé faire la guerre en Crimée. Il est soldat au 97e régiment d’infanterie de ligne pendant 3 ans, 5 mois et 26 jours.
Blessé à la bataille de Sébastopol Philipp Jacob a été amputé d’un membre (un bras). A partir du 17 août 1855, il touche une pension de 465 francs.
(source: Bulletin des lois) A son retour, il est employé comme garde-champêtre à Boofzheim.

dsc03362

La misère sévissant en Alsace, Jean Lauffer (1816-1888), tisserand, son épouse Anne-Marie Gunzler (1818-1891) et leur fille Maria/Mary (1845-1914) émigrent en 1854 aux États-Unis. Comme de nombreuses familles protestantes du centre de l’Alsace, ils s’établissent à Warren en Pennsylvanie.

LAUFFER MARIA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :