Patriotes ou planqués ? Les engagés volontaires Alsaciens-Lorrains, de la guerre 1914/18

Cette image de propagande est trompeuse. Elle fait l’amalgame entre les citoyens du Land Elsaß-Lothringen et les habitants de la Lorraine française.

La convention de La Haye du 18 octobre 1907, reconnue par la France en 1910, interdit à tout belligérant d’obliger les ressortissants du pays adverse à se battre contre ce dernier.

De ce fait, les citoyens du Land Elsaß-Lothringen engagés de gré ou de force dans l’armée française ne participent pas aux combats sanglants durant la guerre de 1914/18. La plupart des engagés, soit 5700 militaires, font partie des régiments de Zouaves en Algérie. Quelques autres sont envoyés en Indochine. Les rares décès constatés sont dus à des accidents, à des maladies tropicales ou à la grippe espagnole. [1]

Afin d’échapper à la conscription, les fils d’émigrés Alsaciens-Lorrains nés en France, ont, à l’âge de 18 ans, la possibilité de renier la nationalité française qu’ils perdront définitivement.[2] Beaucoup en profiteront pour échapper à la guerre.

ZOUAVES ALSACE.jpeg

Le siège de la fédération des engagés volontaires alsaciens-lorrains se trouvait à Nancy. L’association regroupait principalement des Lorrains français et quelques fils d’émigrés d’origine alsacienne et mosellane.

Les quelques 12 000 engagés volontaires lorrains et alsaciens de France n’étaient pas des héros pour autant. La meilleure façon d’échapper à la guerre était de s’engager dans les Zouaves, la Légion étrangère ou l’artillerie qui était éloignée du front. Il était primordial d’éviter l’infanterie qui subissait d’énormes pertes au front. De plus, les engagés volontaires touchaient une bonne prime.

Ces planqués étaient critiqués tant par les patriotes et mutilés du journal « l’Ancien combattant de Nancy » que par les humoristes français.

Qu’importe, la propagande française en a fait des héros. Il fallait pour faire oublier les 380 000 Alsaciens-Lorrains combattants dans l’armée impériale.

 

[1] 3 août 1914 : Par décret, les étrangers sont autorisés à s’engager dans l’armée française.

[2] 26 août 1914 : Ouverture des listes d’engagements pour les étrangers s’ils sont nés en France, ils sont français mais peuvent renier cette nationalité lors de leurs 18 ans, ce que feront un certain nombre pour ne pas être Poilu.

Le père de l’auteur engagé volontaire en 1942 dans le 5ème régiment de chasseurs d’Afrique.

Durant la guerre de 1939/45, l’Alsace-Moselle sera annexée par les nazis, les hommes en âge de combattre seront incorporés de force et envoyés sur le front russe. Quelques milliers d’Alsaciens-Mosellans rejoindront les forces libres en Afrique. Seuls les engagés volontaires alsaciens-mosellans de la dernière guerre sont de vrais héros.

Un commentaire sur “Patriotes ou planqués ? Les engagés volontaires Alsaciens-Lorrains, de la guerre 1914/18

Ajouter un commentaire

  1. Un de mes grand-pères originaire de Vieux-Thann, déporté en France en 1914, a été obligé de s’engager à 20 ans « au titre de la Légion étrangère » et versé dans l’artillerie lourde. Il a fini la guerre comme interprète à l’Etat-major…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :