1919 : Efficacité de l’autonomie alsacienne

Les sénateurs constatent que le système centralisateur français est moins efficace que celui de son voisin allemand.

« Enfin l’Alsace-Lorraine était parvenue, sous la domination allemande, à une sorte d’autonomie à laquelle notre conception unitaire de l’État répugne, mais qui comporte évidemment une plus grande célérité dans l’expédition des affaires.

 A la tête du Reichsland se trouvait le Statthalter, gouverneur aux attributions très larges ; près de lui fonctionnait un ministère ou secrétariat d’État dont quatre sous-secrétaires d’État se répartissaient les services.

Nombre de questions qui, en France, dépendent des bureaux ministériels et doivent leur être transmises, étaient reçues, étudiées et résolues sur place.

Il n’en serait plus de même et il serait fâcheux pour le bon renom de la France que la comparaison entre les deux législations se fît sous l’influence de l’irritation provoquée par ce retard et sous le regard malveillant de l’Allemagne qui est aux aguets, toujours prête à saisir et à exploiter tous les prétextes de mécontentement ».[1]

[1] Session ordinaire du Sénat du 15/10/1919, annexe n°617

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :