Les joyeux Alsaciens-Lorrains dans l’armée impériale

Jusqu’au milieu du vingtième siècle, le service militaire était, pour la plupart des hommes, la première sortie hors de leur Heimat, de leur petite patrie. C’était aussi la première fois qu’ils avaient de l’argent à eux, qu’ils dépensaient en photos.

Les albums de familles renferment des trésors historiques : des portraits figés en uniforme réalisés chez un photographe professionnel ainsi que des scènes officielles de la vie militaires : l’école sanitaire, la fanfare, le lazaret...

Les soldats de l’armée impériale adoraient les mises en scènes théâtrales, parfois avec une chope de bière à la main. Dire que les Alsaciens-Lorrains détestaient les autres Allemands et réciproquement relève de la propagande germanophobe. Les photos de groupes sont souvent légendées :

  • Ein Sonntag ohne Geld / Un dimanche sans argent
  • Die lustigen Goldsucher / Les joyeux chercheurs d’or
  • Die lustigen Reserwisten / Les joyeux réservistes
  • Die lustigen alten Knochen / Les joyeux vieux os
  • Die lustige Stube / La joyeuse chambrée

De nombreuses photos représentent des militaires du même Land :

  • Die lustigen Elsäßer / Les joyeux Alsaciens
  • Die lustigen Badener / Les joyeux Badois
  • Die lustigen Pfälzer / Les joyeux Palatins…

Après l’Armistice de 1918, les Alsaciens seront mobilisés dans des régiments encadrés par des sous-officiers alsaciens bilingues. Comme leurs pères, ils continueront à poser derrière une pancarte rédigée en allemand. « Die lustigen Elsässer »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :