1927 : Blocage de l’imprimerie Erwinia

Après une campagne de dénigrement de l’Action française sur le prétendu financement d’Erwinia par les « boches » le Gouvernement veut casser le mouvement autonomiste. La société Erwinia est éditrice du quotidien Volksstimme et des hebdomadaires Zukunft & Wahrheit qui ont été interdits.

Le 23 décembre 1927, la maison d’édition a été perquisitionnée par la police, les bureaux ont été mis sens dessus-dessous. Erwinia est interdite de publication, le bâtiment est gardé par les forces de l’ordre.

Le même  jour, douze  autonomistes dont Keppi, Rossé, Ricklin, Sturmel, sont arrêtés pour complot contre la sûreté de l’État. Une deuxième vague d’arrestation aura lieu le 30 décembre. Ils seront jugés en mai 1928 .

 

1 au 24 mai 1928 : Komplott Prozess

Vous comprenez pourquoi on a mené dans la presse une campagne  abominable contre nous pendant qu’on nous représentait comme des agents de l’Allemagne, entretenus par l’argent allemand. C’est absolument faux. Nous n’avons pas du tout envie d’être Allemands. Alsaciens nous sommes, et Alsaciens nous voulons rester. Mais nous ne voulons .pas  être brimés et opprimés par le gouvernement français.

On accuse notre Société d’être constituée, avec 95 % d’argent étranger. C’est un pur mensonge. Toutes les actions de «Erwinia » ont été souscrites en Alsace-Lorraine. Nous, avons fait un seul emprunt en Suisse à une personnalité privée, mais la personne qui nous a consenti cet emprunt, nous a réclamé il y a peu de temps les  intérêts des sommes  prêtées.Des deux côtés,  il ne s’agit rien d’autre que d’une opération commerciale. Vous voyez que nous n’avons rien à dissimuler.

Interview du rédacteur en chef de l’Erwinia par  Marcel Fourrier

Qu’est-ce que votre Société a à voir avec la « Sapart » ?

Absolument rien. La « Sapart » est une espèce de banque mutuelle, fondée par des instituteurs pour alimenter une caisse de secours. C’est une œuvre de solidarité. Le gouvernement l’a fait poursuivre, parce qu’elle portait, paraît-il, atteinte au crédit de l’État (!) Cela aussi est un mensonge. Mais le gouvernement a besoin pour soutenir son complot de chercher partout le soi-disant argent allemand. Les perquisitions qui ont eu lieu ici avaient ; paraît-il, pour but de découvrir les chèques entre « Erwinia » et «Sapart » ;  Inutile de vous dire que la police n’a absolument rien trouvé et pour cause. La « Sapart » n’a rien voir avec le mouvement autonomiste.

Pourquoi alors arrête-t-on les autonomistes ?

Pour essayer de décapiter notre mouvement.

On vous accuse de complot, qu’est-ce que cela signifie ?

Cela est de la pure comédie. On a pris comme prétexte que, pour nous défendre contre l’organisation fasciste, nous avions créé des groupes de protection; mais jamais ces groupes n’ont pris la moindre forme militaire. On n’a trouvé ici ni armes, ni mitrailleuse ! Nos adhérents sont les gens les plus paisibles et les plus pacifiques !

 En dehors des arrestations opérées vendredi, a-t-on encore arrêté d’autres autonomistes ?

Oui, on a arrête encore deux autonomistes un artiste très connu à Strasbourg : Solveen et un ancien instituteur, Wurtz, un protestant.

Tous sont-ils des Alsaciens ?

Tous sont des Alsaciens français; c’est-à-dire qu’ils ont été réintégrés de plein droit après la guerre. Il n’y en a aucun qui soit Allemand, ni qui soit même d’origine allemande.

Prévoyez-vous d’autres arrestations ?

Certainement. Le gouvernement a déclaré qu’il nous écraserait. Il nous a fait poursuivre par le procureur général Fachot, celui-là même que le sénateur Helmerer qui n’est pas un autonomiste accusait récemment d’avoir détourné pour le compte d’un gros banquier de Nancy deux millions et demi dans l’Affaire des Mines de potasse d’Alsace.

La régression va-elle entraver votre mouvement ?

Forcément au point de vue matériel, puisqu’on nous interdit de publier aucun journal, aucun tract; mais notre mouvement’ s’en trouve renforcé au point de vue moral.

Le parti clérical vous soutient-il ?

En aucune façon, il préfère demeurer neutre et ne pas prendre position, les cléricaux ne diront rien tant que le gouvernement ne touchera pas aux libertés religieuses.

À votre avis, la question religieuse joue-t-elle un grand rôle dans les revendications des masses alsaciennes ?

Elle joue encore un certain rôle, mais pas le rôle principal. Les masses sont entraînées dans le mouvement autonomiste, non seulement pour les questions religieuses, mais encore, pour la totalité des questions alsaciennes.

Le Heimatbund est-il resté sur ses positions initiales de 1926 ?

 Le Heimatbund existe toujours, mais il s’est créé, depuis septembre 1937, un parti autonomiste dont le président est le Dr Roos.

L’abbé Faschauer est-il un des chefs du parti autonomiste ?

Non, il n’appartient pas au parti autonomiste.

Que pensez-vous de lui ?

Je pense que c’est un homme qui a été calomnié. Le gouvernement et l’évêché avaient juré tous deux de le perdre !

 Que pensez-vous du baron von Bulach ?

C’est un inconscient. Nous ne l’avons jamais considéré comme un chef du mouvement autonomiste.

Avez-vous confiance dans l’avenir du mouvement autonomiste ?

Nous avons la plus grande confiance. Personne d’entre nous ne réclame le retour à l’Allemagne mais ; personne ne tient non plus, précisément à la France. Nous voulons être des Alsaciens. Nous défendons les intérêts propres de l’Alsace.

Pensez-vous que les communistes avaient raison de réclamer dès 1924 un plébiscite ?

La revendication d’un plébiscite reste toujours: juste.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :