1793 : La Terreur révolutionnaire en Alsace

Liberté, Égalité, Fraternité ou la mort ! Les Alsaciens sont mécontents du régime dictatorial des Révolutionnaires, du déplacement de la frontière des Vosges sur le Rhin, qui les isole des autres peuples germaniques, de la profanation des édifices religieux, de la francisation des prénoms allemands, des attaques contre leur religion et leur langue maternelle, de... Lire la Suite →

Hansi : officier-interprète, traître à sa patrie

Août 1914, l'armée française envahit l'Alsace. Le 20, elle est aux portes de Colmar. Mardi 25 août. — Des Colmariens, qui avaient été retenus à Turckheim par les Français, sont relâchés grâce à l'intervention de Hansi qui s'y trouve avec son régiment. Samedi 29 août. — Aujourd'hui nous lisons ceci dans un journal local : « M. Hansi, le... Lire la Suite →

1918 : Cartes d’identité discriminatoires

14 décembre 1918 : Les citoyens du Land Elsaß-Lothringen occupé, sont triés selon leurs origines. Quatre sortes de cartes d'identité sont créées à cet effet. (Arrêté ministériel).  Elles sont distribuées par les Commissions de triage. Malgré leur carte A, barrée de bleu et rouge, les "bons Alsaciens-Lorrains" ne sont pas français. Ils sont suspects et confinés à l'intérieur des... Lire la Suite →

1872-1914 : Francisation de l’Alsace welsche

Curieusement, c'est l'Empire allemand qui a francisé l'Alsace welsche (Fréland, Lapoutroie Orbey) en instaurant l'école obligatoire. Les habitants parlait un patois roman : le welsche. Le National Tidende du 8/7/1924 a reproduit in extenso une « lettre de France » du rédacteur en chef M. A. Svensson à son journal slesvigois, le Haderslev Stiftstidende. La... Lire la Suite →

9/12/1918 : Visite de Poincaré à Strasbourg

Situation de Strasbourg La ville comme toute le Land Elsaß-Lothringen est occupée et vit sous un régime de dictature militaire. Pour mémoire, le Gouvernement allemand a accordé son indépendance à l’Alsace-Lorraine le 13 novembre 1918 [1] et que le droit des peuples préconisé par le président Wilson n’est pas respecté.  Près de 3000 Felgrauen strasbourgeois sont... Lire la Suite →

1919 : Séquestre des biens des frères Max et Moritz Knopf

Dès l'occupation du Land Elsaß-Lothringen par l'armée française en 1918, ses citoyens sont triés selon des critères ethniques. Les indésirables  sont expulsés en plein hiver avec 30 kilos de bagages et 10.000 marks de monnaie (5000 pour les célibataires). Leurs biens sont saisis pour être vendus aux enchères. Les magasins des frères Max et Moritz Knopf... Lire la Suite →

1918 : Pourparlers de Paix

Remarques de la délégation allemande Le deuxième point du discours prononcé à Mount Vernon le 4 juillet 1918 par le Président Wilson doit également être invoqué ici. Il débute ainsi : « Le règlement de toutes les questions : questions territoriales, questions de souveraineté, accords économiques, relations politiques doit se faire sur la base de la... Lire la Suite →

1919 : Efficacité de l’autonomie alsacienne

Les sénateurs constatent que le système centralisateur français est moins efficace que celui de son voisin allemand. « Enfin l’Alsace-Lorraine était parvenue, sous la domination allemande, à une sorte d'autonomie à laquelle notre conception unitaire de l'État répugne, mais qui comporte évidemment une plus grande célérité dans l'expédition des affaires.  A la tête du Reichsland se... Lire la Suite →

1932 : Hartmannsweilerkopf

Inauguration du Hartmannsweilerkopf le 9 octobre 1932 Ce monument est érigé à la mémoire des Poilus qui sont responsables de la mort des 3/4 des 50 000 Feldgrauen alsaciens-lorrains tués durant la guerre de 1914/18. Il est inauguré par le président de la République Albert Lebrun. Le discours est prononcé par le germanophobe général Armau... Lire la Suite →

1918 : Expulsions arbitraires d’Alsaciens-Mosellans

A l’Armistice de 1918, il y avait en Alsace-Moselle environ 240.000 civils allemands. Sur ce nombre, 30.000 retournèrent de leur plein gré dans le Vaterland. Au cours des 44 mois suivants, on a expulsé 78.000 sujets du Reich (dont 48.000 en Moselle).  Parmi ceux qui restaient, 73.000 ont été naturalisés en vertu du traité de... Lire la Suite →

Nous, les Vieux-Allemands d’Alsace !

 Juridiquement nos ancêtres alsaciens sont devenus français à l’avènement de la République le 22 septembre 1792. Plus tard encore pour ceux nés dans les territoires annexés ultérieurement par les Révolutionnaires. Sous l’Ancien régime Seul le roi peut délivrer des « lettres de naturalité » conférant aux « aubains » (étrangers vivant sur le territoire) la... Lire la Suite →

1918 : Propaganda

Les généraux français Gouraud, Castelnau et Hirschauer n'ont rien délivré. Ils ont envahi l'Alsace après le départ de l'armée impériale et avant la démobilisation de nos Feldgrauen le 1er décembre. On leur a dédié des rues, alors qu'ils sont responsables de la mort de 3/4 des 50 000 Alsaciens-Mosellans tués à la guerre de 1914/18.... Lire la Suite →

Les Feldgrauen d’Alsace-Moselle sont toujours des parias

Après avoir expulsé cent-mille citoyens du Reichsland Elsaß-Lothringen selon des critères ethniques, le gouvernement français s’en prend à la population autochtone par la négation de son Histoire, en imposant ses propres héros germanophobes. Il est utile de rappeler que durant la guerre de 1914/18, les Alsaciens-Mosellans ont servi avec honneur l’Allemagne, leur patrie et que... Lire la Suite →

1933 : Campagnes chauvines en Alsace-Lorraine

Lettre d'Alsace-Lorraine La préparation des esprits à la guerre est une grande préoccupation de l'impérialisme français. Aussi ne néglige-t-on pas les manifestations chauvines. Cela coûte cher ? Qu'importe les superprofits retirés d'Alsace-Lorraine par les capitalistes français et les impôts spéciaux ne sont-ils pas là pour régler l'addition ? L'essentiel est qu'on tienne en haleine la... Lire la Suite →

7/09/1914 : Aux soldats de France

Appel du va-t-en-guerre Wetterlé qui incite les soldats français à verser leur sang  pour annexer le Reichsland Elsaß-Lothringen. Toujours député au Reichstag, l’abbé Wetterlé, correspondant de journaux germanophobes y distille une histoire mensongère. Il sait que l'Alsace, selon les termes du Traité de Francfort, n'a pas été annexée mais « cédée pour l'éternité, en toute propriété à... Lire la Suite →

1926 : Manifeste contre les autonomistes

La fondation du Heimatbund (mouvement de défense de la Patrie), ainsi que la proclamation de son Manifeste, signé par 102 personnalités alsaciennes au printemps 1926 est un pavé dans la mare des germanophobes. (Le Heimatbund exige l'autonomie et le bilinguisme ainsi que le maintien de la langue ancestrale : l'allemand). Le Gouvernement français de Laval engage... Lire la Suite →

1870 : Siège de Straßburg

C’est une des dernières batailles à l’ancienne. La ville de Straßburg est entourée de solides fortifications, l’accès se fait par des portes fermées de ponts-levis.La muraille est obsolète parce que l’armement moderne permet de bombarder le centre- ville à plusieurs kilomètres de distance. 80.000 habitants sont pris en otages. 70 000 strasbourgeois, 10 000 réfugiés des... Lire la Suite →

Légendes historiques françaises en Alsace

Réaction du professeur Wilhelm Kapp de l'Université de Freiburg, ancien professeur à l'Université impériale de Straßburg, après l'inauguration du monument Turenne de Türkheim. « On sait que l'histoire et la légende sont très proches l'une de l'autre. Les frondaisons de la fantaisie politique entourent, ornent, élargissent et complètent sans cesse la réalité historique. Parfois cette sève... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑