1920 : Propagande française par le cinéma

Le Service de propagande français créé durant la guerre de 1914/18 est une véritable machine de guerre destinée à faire croire au monde entier que le vœu le plus cher des Alsaciens et des Mosellans est de RE-devenir français. (Seuls ceux nés avant 1871 pouvaient redevenir français). Des sommes folles ont été dépensées par les contribuables français.

Le second combat du Service de propagande est de germaniser les Alsaciens et les Mosellans après l’Armistice. Malgré les villes à reconstruire, le gaspillage des deniers publics continue. Un service cinématographique est créé, des camionnettes sillonnent les villes et les campagnes pour diffuser la « Bonne parole ».

« L’action du cinéma sur le public n’a pas besoin d’être démontrée. Elle est plus particulièrement utilisable dans les localités reculées des campagnes et dans les grands centres ouvriers, parmi le public qui manque de « distractions » et qui est avide de spectacles faciles à suivre. Par un contrat passé avec la Compagnie universelle cinématographique, le service dispose de six camionnettes automobiles, avec installations cinématographiques complètes branchées sur moteur monocylindrique producteur de courant électrique. Ces camionnettes répartissent leur activité entre le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, la Moselle, les enfants des écoles de la banlieue de Strasbourg, ceux des établissements primaires et secondaires de Strasbourg même. Dans les villages et villes qu’elle traverse, chaque camionnette organise :

1) une séance scolaire à quatre heures de l’après-midi, gratuite pour tous les enfants ;

2) une séance d’adultes à huit heures du soir. Toutes les séances d’adultes, dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin, sont accompagnées d’une conférence-causerie en dialecte alsacien faite par un délégué de la Ligue de l’Alsace française, de la Ligue française ou de la Conférence au village, Le service ne se  limite point aux séances données par les équipages de la Compagnie universelle cinématographique : il organise encore d’autres représentations, dans maintes salles du pays, avec des films dont il a la propriété, Un chiffre approximatif, établi d’après des données sérieuses et modérées, permet d’affirmer que 600.000 spectateurs défilent en une année devant ses écrans [1] 


[1] Delahache Georges : Début de l’Administration française en Alsace-Lorraine (1921

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :