Le Rhin : Frontière ou trait d’union entre les peuples germains ?

La frontière culturelle et linguistique entre les peuples germains et romans est la ligne bleue des Vosges.

Le Rhin est une voie de communication et non une frontière naturelle. Les registres paroissiaux et d’état-civils le confirment. Depuis la nuit des temps, les mariages entre Alsaciens, Badois, Palatins, Wurtembergeois et Suisses sont courants. Par contre, les mariages entre Alsaciens et Lorrains sont rares puisque les Vosges sont une frontière naturelle infranchissable durant la période froide.

Jusqu’à la Révolution française, l’Alsace se trouve en dehors des frontières de la France dont elle est séparée par la Lorraine. Elle commerce librement avec les états de l’Empire et la Suisse. L’Alsace était « province d’étranger effectif ». Les rois de France ne s’occupaient pas du mode de vie des Alsaciens : seuls importaient les bénéfices que rapportait cette province étrangère qu’est l’Alsace. Les Révolutionnaires eux, veulent créer un peuple idéal qui parle la même langue, possède une Histoire commune, en s’aidant, si besoin est, de la guillotine.

Le rêve des Jacobins est d’annexer toute la rive gauche du Rhin, déclaré frontière naturelle.

Mai 1790 : la frontière de la France est déplacée sur le Rhin.

Par l’instauration d’une frontière sur le Rhin, de nombreux territoires alsaciens sont isolés de l’Empire, d’autres sont coupés en deux. Leurs propriétaires légitimes sont déclarés étrangers par la République et leurs biens séquestrés. La vie des Alsaciens est bouleversée, ils ne peuvent plus commercer librement avec leurs voisins. La République de Mülhausen est complètement enclavée.

31 janvier 1793 : Déclaration de Danton :

« Les limites de la France sont marquées par la nature. Nous les atteindrons à leurs quatre points : à l’Océan, aux bords du Rhin, aux Alpes et aux Pyrénées. »

1801 : Toute la rive gauche du Rhin est annexée par la France

1812: Déclaration de Heinrich Friedrich Karl vom und zum Stein:

„Deutschlands Grenzen müssen sein die Maas, das Luxemburgische, die Mosel, die Vogesen und die Schweiz“. –  Freiherr von Stein (1812) – « Les frontières de l’Allemagne doivent être la Meuse, le Luxembourg, la Moselle, les Vosges et la Suisse.

En 1815, Traité de Wien / Vienne,

la France doit rendre la rive gauche du Rhin. Il est même question de rendre l’Alsace à l’Allemagne sa légitime propriétaire.

En 1870, Napoléon III déclare la guerre à la Prusse

Son but est de réannexer la rive gauche du Rhin.

5 octobre 1945 : Le général de Gaulle Au Kurhaus de Baden-Baden

Bien qu’il évite de prononcer le mot annexion, dans son discours, de Gaulle est très clair sur ses intentions : achever l’œuvre de Turenne et des rois de France : annexer définitivement la rive gauche du Rhin.

Rheinbruecke_zwischen_Kehl_und_Strassburg_[...]Kraemer_J_btv1b10215695g_1
Le pont du Rhin entre Straßburg et Kehl
35 FOUILLE DES SOLDATS.jpeg
1918 : Fouille des Feldgrauen de retour du front par l’Armée française
1918-KEHL.jpg
1918 : Expulsion de citoyens Alsaciens-Lorrains
RETOUR PRISONNIERS - Copie.jpg
1918 : Retour de prisonniers français

 

KEHL COQ.jpg
Inauguration du coq gaulois qui remplace l’aigle de Napoléon III confondu avec l’aigle du Reich

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :