Paradoxe alsacien

En 1942, deux très bons amis alsaciens s’engagent pour la durée de la guerre, l’un dans l’armée française, l’autre dans l’armée allemande.

Le premier est grièvement blessé en Tunisie, puis près de Belfort, le second disparait sur le front russe.

Quelle est la réaction du survivant ?

Profondément touché, Il donnera le prénom de son ami disparu à son fils aîné. (histoire véridique)

Dessin de Tomi Ungerer

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :