1923 : Droit du sang, absurdité du système

 

Contrairement à ce que racontaient le Service de propagande français (créé en 1917) et les germanophobes alsaciens comme : Jean-Jacques Waltz dit Hansi, l’abbé Wetterlé et Henri Zislin, tous les Alsaciens ne détestaient pas les Allemands.

Il y a eu avant, pendant et après la guerre de 14/18, de nombreux mariages entre Vieux-Allemands et l’indigénat alsacien (termes officiels pour ne pas dire citoyen d’Alsace-Lorraine). Après la guerre, les Alsaciens et Alsaciennes qui contractaient de telles unions étaient déchus de la nationalité française comme le montre l’exemple ci-dessous. Les faits sont avérés, les noms ont été changés. La stricte application de la théorie du droit du sang génère des situations absurdes :

Décembre 1920 : Réclamation de la Nationalité française au Tribunal de bailliage.

La demande est faite par Rüdiger Schwob, né en Allemagne pour lui & ses enfants mineurs nés en Alsace. Rüdiger est veuf.

Mars 1921 : Demande d’enquête de moralité sur la famille Schwob.

Lettre du sous-préfet au Commissaire spécial de police : « Je vous prie de bien vouloir me renseigner sur les sentiments, l’attitude et la situation des requérants et me donner votre avis sur l’opportunité de leur naturalisation ».

Avril 1921 : Rapport d’enquête & réponse du Commissaire spécial de police.

Après une enquête de voisinage et sur les lieux de travail, il est constaté que la famille Schwob n’a aucun sentiment anti-français. La nationalité française peut être accordée.

Mars 1924 : Mariage de Rüdiger Schwob avec l’Alsacienne Marie Elsasserin

Par son mariage, Marie est automatiquement déchue de la nationalité française et redevient citoyenne allemande.

Décembre 1924 : Naturalisation de Rüdiger Schwob et de ses enfants.

Février 1925 : Demande de réintégration dans la nationalité française de Maria Elsasserin

13.02.1926 : Naturalisation de Marie Elsasserin, après avis favorable du préfet.

Avis du Préfet : la postulante est d’origine française. Réintégrée de plein droit dans la nationalité française, a perdu cette qualité par le mariage qu’elle a contracté en 1924 avec le sujet allemand Schwob Rüdiger. Celui-ci entre temps est devenu français par voie de naturalisation, tandis que la requérante continue à être allemande. Dans ces conditions et étant donné que rien de défavorable ne peut être relevé contre la pétitionnaire, j’émets un avis favorable à sa demande de réintégration en proposant de lui accorder une remise de 19/20 des droits de sceau). [1]

[1] Archives privées : les noms ont été changés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :