1919 : Chasse aux Vieux-Allemands

Durant la période 1871 à 1918 (et même après) de nombreux mariages ont été célébrés entre Alsaciens et Vieux-Allemands. Depuis plusieurs générations, de nombreux couples mixtes vivaient en paix en Alsace.

L’arrivée des Français a été une catastrophe pour de nombreuses familles : ségrégation raciale, épuration ethnique, expulsions et séquestration des biens qui ont été vendus aux enchères.

Le fait de ne pas avoir été expulsé à l’arrivée des Français, ne signifiait pas être à l’abri des ennuis.

La nouvelle administration a épluché  avec soin dans les mairies les fiches domiciliaires qui mentionnent l’identité, l’origine et les domiciles successifs des habitants, pour repérer les mauvais Alsaciens.

La mention rouge ETRANGER a été ajoutée sur les fiches domiciliaires des indésirables. Il suffisait d’une seule personne issue d’outre-Rhin quarante ans auparavant pour déclencher une enquête policière sur tous les membres de la famille. Les voisins et les collègues de travail de toute la famille étaient interrogés pour connaitre leurs sentiments sur la France.

Le préfet décidait de la suite à donner : expulsion ou autorisation de rester.

Quand Bernhard Richter s’est remarié avec une Alsacienne indigène, celle-ci a été déchue de la nationalité française. Elle a été réintégrée dans la qualité de française après la naturalisation de son mari.

RICHTER MARIAGE.PNG

Les enfants de M. Richter se sont tous mariés avec des Alsaciens. Des petits Allemands sont nés de ces unions, qui ont été naturalisés par décret le 10 août 1927.

Des décennies plus tard, lors de l’établissement d’une carte d’identité il leur sera demandé un certificat de nationalité. Cette demande laissera un goût amer à ceux qui se sont battus pour la France durant la dernière guerre.

ernst richter.PNG

CERTIFICAT NAT.PNG

10 commentaires sur “1919 : Chasse aux Vieux-Allemands

Ajouter un commentaire

  1. quel courage vous avez d’affronter ces terreurs du passé – tout en disant cela je me rends aussi compte que si ce regard est possible c’est parce que la période est encore assez calme.

    1. Merci pour l’intérêt que vous portez à ce site. Ce n’est pas une question de courage, j’en ai juste assez d’entendre depuis toujours une histoire mensongère et partisane. On veut nous faire prendre nos bourreaux pour des héros. Il est vrai que ceux qui contestent le monument Turenne ont été traités de nazis par les anciens combattants il y a quelques années. Ceux-ci, toujours actifs déguisent les écoliers en Poilus et leur racontent des mensonges sur leurs ancêtres. Je pensais que les rancoeurs seraient apaisées 100 ans après l’Armistice.

  2. Mon arrière-grand-père paternel a épousé une Alsacienne. Son premier fichier domiciliaire, celui de Riedisheim a disparu. Il ne reste que le second. Il n’y a pas de hasard, Riedisheim était de mémoire familiale particulièrement germanophile. Les exemples laissés après coup en faveur d’une francophilie supposée ont été, selon elle, extrapolés . Les véritables francophiles y étaient une petite minorité selon deux sources familiales différentes (qui sont contredites par la version actuelle de l’histoire de cette commune). Mulhouse, avait une proportion de francophiles largement supérieure.

    Là où les fichiers domiciliaires ou autres documents officiels disparaissent, il y a toujours de quoi mettre en doute la version ultérieure. À Mulhouse, je n’ai jamais vu de mention « étranger », mais le « E » crayonné en rouge par les français pour « ennemi ». Par contre, les vieux Allemands n’ont pas eu les mêmes faveurs pour le change de leurs biens en valeur française. Il y a effectivement eu une xénophobie,des discriminations et surtout des petites humiliations etc..

    Par contre, l’administration allemande n’était pas non plus tendre avec les francophiles, c’était un temps où le xénophobie ordinaire ne posait aucun problème de conscience, ni chez les premiers, ni chez les seconds!

    Pas vraiment allemands selon le Kayser, pas vraiment français comme le témoigne les couacs administratifs, les alsaciens ont été innconfortablement positionnés le c.. entre deux chaises!

    Néanmoins une question me brûle les lèvres: sur votre fichier domiciliaire, je me demande bien ce que veut dire le « N » rouge!

    Une idée?

    1. bonjour
      merci pour tous ces renseignements. au sujet du N rouge on m’a dit que c’était une référence d’inventaire. Sur les fiches de ses enfants, il y a un R rouge. Sur une autre fiche, la mention naturalisé

      1. On m’a aussi dit cela pour le E, c’est un vieux généalogiste qui m’a assuré que c’était bien une discrimination. Maintenant, cette référence, ils ont su vous l’expliquer? Quand ont met un truc en rouge, ce n’est jamais anodin… non?

      2. Non ce n’est jamais anodin. La réponse à ma question est peut être fausse

      3. Difficile à savoir! l’important c’est de douter… de continuer à chercher à comprendre. Il faut peut-être chercher du coté de livres de généalogie ou d’historiens rédigés par des alsaciens ou des lorrains comtemporains de ces documents.

      4. J’ai rajouté un extrait de fiche domiciliaire. Naturalisé est écrit en lettres rouges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :