Un serial killer nommé Troppmann

Jean-Baptiste Troppmann a fait la une des journaux européens peu avant la guerre de 1870. Tristement célèbre pour avoir massacré une famille après avoir tenté de s’emparer de sa fortune.

Tropmann N 1

  • 5/10/1849 : Naissance de Jean-Baptiste Troppmann à Brunstatt (haut-Rhin).
  • 1860 : la famille Troppmann s’installe à Guebwiller. Jean-Baptiste travaille comme ouvrier-mécanicien dans l’atelier paternel.
  • 1868 : Troppmann installe des machines vendues à son père et se loge à Pantin
  • 1869 : Troppmann part à Roubaix installer des machines. Il y fait la connaissance de l’alsacien Jean Kincke, sa femme et leurs six enfants. Ils se lient d’amitié et rêvent tous deux de faire fortune.

    DSC02620.JPGGare de Bollwiller (actuellement à l’écomusée d’Ungersheim)

  • 24/08/1869 : Arrivée de Troppmann en gare de Bollwiller où il a donné rendez-vous à Kincke pour lui faire visiter une fabrique de fausse monnaie et y investir 55,000 francs. Troppmann empoisonne Kincke pour lui voler son argent. Méfiant, Kincke n’avait sur lui que 212 francs et sa montre en or.
  • Troppmann écrit à l’épouse de Kincke que son mari est blessé à la main et ne peut dont écrire lui-même. Madame Kincke doit retirer 55,000 francs à la banque et les envoyer à son mari à Bollwiller. Troppmann, munis des papiers de Kincke essaye de retirer la somme à la poste. Il est trop jeune, l’argent lui est refusé.

cassini

  • 5/09/1869 : Entre Bollwiller et Cernay se trouvent de nombreux marais profonds de 6/7 mètres de vase, recouverts de roseaux. Ils sont très pratiques pour y faire disparaitre une victime. La police y fait effectuer des sondages pour retrouver le corps de Kincke. Des témoins auraient aperçu Troppmann et Kincke dans un cabaret de Bollwiller le 24 août.
  • 1869, début octobre : Gustave, le fils ainé des Kincke se rend en Alsace pour récupérer l’argent à la poste. Sans procuration paternelle, les 55,000 francs lui sont refusés.
  • Troppmann se rend à Paris avec Gustave qu’il assassine et enterre dans un champ à Pantin.
  • 17/09/1869 : Hortense Kinke et ses cinq autres enfants se rendent à Paris pour retrouver son mari. Troppmann les attend à la gare et les emmène dans une voiture de louage.
  • 20/09/1869 : Les corps d’Hortense et ses enfants mutilés sont découverts par le propriétaire du champ : monsieur Langlois. La mère et les deux plus jeunes ont été égorgés, les autres massacrés à coups de pioche. Les armes ont été abandonnées sur le lieu du crimes.
  • Jean Kincke et son fils Gustave sont soupçonnés.
  • 22/09/1869 : Contrôle d’identité au Havre, Troppmann présente les papiers de Kincke. Il est arrêté après avoir sauté dans le bassin du port pour échapper à la police.
  • 29/12/1869 : Procès de Troppmann.
  • 30/12/1869 : Condamnation à mort.

den60_tropmann_01z

  • 19/01/1870 : Troppmann est amené à l’échafaud. Il se débat comme un diable et parvient à se détacher et mordre cruellement l’index du bourreau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :