1688 : Second saccage du Palatinat

Les chroniqueurs rapportaient que les Français étaient pires que les Ottomans. En février 1688, le Palatinat est envahi sans déclaration de guerre préalable. Le pays est mis à feu et à sang par les troupes françaises du général Ézéchiel de Mélac (1630-1704). Au siècle dernier, des paysans prénommaient encore leurs chiens de garde « Mélac ».

Louis XIV réclame la dot de sa belle-sœur, la Princesse palatine Elisabeth Charlotte, (Liselotte), qui représente la moitié du Palatinat. Louis XIV prend comme prétexte le refus du Prince-Électeur pour envahir le Palatinat.

« Le premier embrasement du Palatinat n’était qu’une étincelle en comparaison de l’incendie affreux qui ravagea ce beau pays dans le mois de février 1689. Il vint un ordre de ce roi, (Louis XIV) dont la mémoire doit être abhorrée à jamais, de réduire tout en cendre. La désolation commença par Mannheim & Heidelberg, séjours des Électeurs. L’indigne monarque qui donna, du fond de son palais de Versailles, ces ordres abominables, était un monstre, un atroce & froid incendiaire, qui méritait mille fois de subir leur supplice ; les généraux qui les exécutèrent étaient des bourreaux furieux. Ils mirent le feu à plus de cinquante châteaux, livrèrent aux flammes autant de bourgs considérables, des villes florissantes & bien réparées : hommes, femme, vieillards, enfants, reçurent l’ordre de sortir à l’instant de leurs demeures qu’on allait détruire par le fer & par le feu. Ils abandonnèrent en hâte leur patrie qu’on brûlait, qu’on saccageait. Une partie fut errante dans les champs, ruinés, dévastés. Plusieurs périrent de froid & de faim. Qu’on se peigne cette foule innombrable désolée, éperdue, épouvantée ; les pleurs, les cris des femmes, des enfants ; le fils emportant son père, des malades chassés de leurs asiles, les prisons, les hôpitaux la proie des flammes avec les malheureux qui ne pouvaient s’en arracher, le meurtre, l’horreur, la confusion qui régnaient sur un espace immense, on aura une faible idée d’une partie des crimes inouïs de ce Louis XIV. » [1]

[1]   VICOMTERIE Louis de la : Les crimes des rois de France (1791)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :