Ma grand-mère était-elle une bâtarde ?

Ma grand-mère était-elle une bâtarde ?

C’est la première question que m’a posée une tante de 85 ans il y a une dizaine d’années quand elle a appris mon intérêt pour la généalogie. Très proche de sa grand-mère Anne-Marie, ma tante a deviné l’existence d’un secret de famille. Ceux-ci  peuvent générer des angoisses durant des décennies.

Que s’est-il donc passé de grave à Breitenau près de Villé, il y a près de 150 ans ?

10 février 1859 : Mariage entre Aloïse Biwand et Reine Frechesser.

Aloïs, né le 27 octobre 1836 à Bassemberg, voiturier, est le fils de Beywand Peter-Paul, boulanger et de Margaretha Blanck.

 Reine, née le 23 août 1838, est la fille de  Frechesser François-Joseph, cultivateur et de Jeanglaude  Marie-Anne, cultivatrice, tous deux décédés.

15 mars 1860 : naissance de leur premier enfant, Mélanie.

14 avril 1862 : Reine met au monde un enfant mort-né.

(Il nous a été présenté un enfant sans vie. Il est sorti du sein de sa mère le 14 avril).

18 avril 1862 : Jour funeste, Reine décède des suites de son accouchement.

30 juillet 1863 : Naissance d’Anne-Marie Frechesser.

 Marie-Anne, la sœur de Reine, célibataire âgée de 27 ans, met au monde une petite fille prénommée Anne-Marie, qui sera la grand-mère de ma tante. Déclaration faite par la sage-femme Barbe Biwand 65 ans, de Lalaye, veuve de Martin Schmitt. Témoins : Georges Jaegli, 40 ans, instituteur & Jean-Baptiste Bas, 45 ans, cultivateur.

1863 : Promesse de mariage entre Aloïse Biwand & Marie-Anne Frechesser.

14 octobre 1865 : Naissance de Thérèse Frechesser.

Marie-Anne, la sœur de Reine  met au monde une deuxième fille prénommée  Thérèse.

 25 décembre 1865 : Mariage dAloïse et Marie-Anne et légitimisation de leurs deux filles Anne-Marie et Thérèse qui prennent le nom de leur père.

MARIAGE BIWAND
Extrait de l’acte de mariage d’Aloïs Biwand & Marie-Anne Frechesser (ad 67)

La relation d’Aloïs Biwand et de Marie-Anne Frechesser était considérée par la Loi comme incestueuse, d’où la date tardive de leur union. Mention marginale de l’acte de mariage : Par décret Impérial du dix-sept novembre mille huit cent soixante-cinq, la prohibition établie entre les époux par l’article cent soixante-deux du code Napoléon a été levé. 

 Les époux élèveront également Mélanie. Plusieurs enfants naitront encore de cette union : Aloyse, Caroline, Léo et Mélania.

 Ce secret de famille s’est terminé comme un conte de Noël. Ma grande tante était heureuse de connaitre enfin la vérité sur ses origines.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :