1947 : Joseph Rossé bouc-émissaire de la France

Le procès de Joseph Rossé est avant tout un procès politique dont le seul but est d’éradiquer définitivement l’autonomisme alsacien en condamnant son leader charismatique à 15 ans de travaux forcés.

La condamnation est disproportionnée par rapport aux faits reprochés. Plusieurs hauts dignitaires nazis écoperont de peines bien moins lourdes que Rossé lors du procès de Nuremberg. Certains bénéficieront de remises de peine pour des raisons de santé, ce qui ne sera pas le cas pour Rossé. S’il avait été jugé à Nuremberg, Joseph Rossé aurait certainement été acquitté.

À cause de cette condamnation, de peur d’être pris pour des Nazis, les Alsaciens vont rentrer dans le rang et renier leur identité.

1/09/1939 : L’Allemagne déclare la guerre à la France.

 

 13/06/1940 : La 8ème armée française en faction sur le Rhin, abandonne l’Alsace.

15/06/1940 : Les troupes allemandes franchissent le Rhin par bateaux.

 

18/06/1940 : Appel à la résistance du général de Gaulle à Londres.

18/06/1940 : Les troupes françaises abandonnent Strasbourg.

En se retirant, les militaires détruisent des centaines de ponts routiers et ferroviaires, mille kilomètres de voies ferrées ainsi que des écluses.

 22/06/1940 : Armistice entre la France & l’Allemagne.

10/07/1940 : L’Assemblée nationale investit Philippe Pétain des pleins pouvoirs.

Pétain est le chef officiel de la France collaboratrice.

27/11/1940 : L’Alsace est annexée à l’Allemagne.

Celle-ci est rattachée au pays de Bade dans le Reichsgau d’Oberrhein. Ses habitants deviennent citoyens allemands. Seule l’Allemagne peut les accuser de collaboration avec l’ennemi.

 Joseph Rossé et les Éditions Alsatia.

Durant la guerre, Joseph Rossé à la tête des Éditions Alsatia publiera des centaines d’ouvrages dont seulement sept livres nazis. Pouvait-il faire autrement sans s’attirer les foudres de la Gestapo et mettre en danger les personnes qu’il protégeait ? Rossé faisait vivre des centaines d’employés, dont les sœurs de Ribeauvillé menacées d’expulsion ainsi que des Juifs enregistrés sous de faux noms. Après la guerre dans leur école retrouvée, les sœurs raconteront à leurs élèves leur sauvetage ainsi que celui des employés juifs.

 26/05/1944 : Visite du maréchal Pétain à Nancy.

Quelques jours seulement avant le débarquement allié Pétain fait une visite triomphale à Nancy. la place Stanislas est pleine d’une foule en liesse.

2/2/1945 : Pourchassé par la Gestapo, Rossé se rend aux autorités françaises.

Il est aussitôt emprisonné, ce qui l’empêchera de se présenter aux législatives de 1946 et d’être certainement réélu.

13/09/1945 : Ordonnance n°45-2113 concernant la presse régionale allemande.

Cette loi rétroactive permet d’interdire tous les journaux allemands d’Alsace-Lorraine ayant paru après le premier juillet 1940, et de séquestrer les biens mobiliers de leurs responsables.

1/10/1946 : Sentence du procès de Nürnberg / Nuremberg.

Sont présents dans le box des accusés 21 responsables nazis. Douze accusés sont pendus, sept sont condamnés à des peines de prisons de trois ans à la perpétuité. Trois accusés sont acquittés.

29 mai au 12 juin 1947 : Procès de Joseph Rossé à Nancy.

La date du procès de Rossé ne semble pas choisie au hasard, elle se situe huit mois après celui de Nuremberg. Par sa très lourde condamnation, Rossé est forcément perçu comme un dangereux nazi.

Rossé n’avait aucune chance de s’en sortir à Nancy. La plupart des témoins à décharge n’ont pu se prononcer. Le jury se compose de quatre patriotes choisis pour leurs idées politiques. Rossé est condamné pour haute trahison selon l’intime conviction des jurés patriotes et non selon des motivations.

Depuis la fin de la guerre de 1914/18, les «patriotes» de Nancy, Engagés volontaires & Ligue de l’action française (certains font partie des deux associations) vouent une haine viscérale aux autonomistes alsaciens. Une délégation de «patriotes» de cette ville s’est fait remarquer à faire le coup de poing contre les autonomistes lors du Blutiger Sonntag à Colmar le 22 août 1926. Une délégation de «patriotes» nancéens était également présente à l’inauguration du monument Turenne à Türkheim le 18 septembre 1932.

12/06/1947 : Condamnation de Rossé à 15 ans de travaux forcés.

Joseph Rossé est plus lourdement condamné que plusieurs des plus hauts responsables nazis au tribunal de Nüremberg, dont certains  seront libérés pour raison de santé.

  • Erich Raeder : détention perpétuelle. Libéré pour raison de santé en 1955.
  • Konstantin von Neurath : 15 ans de prison. Libéré pour raison de santé en 1952.
  • Franz von Papen : 10 ans de travaux forcés. Libéré au bout de deux ans.
  • Karl Dönitz : 10 ans de prison.
  • Hans Fritzsche : 9 ans de prison.
  • Hjalmar Schacht : 8 ans de travaux forcés, acquitté en appel.

Juillet 1949 : Condamnation d’Otto Abetz à 20 ans de travaux forcés.

Otto Abetz, ambassadeur d’Allemagne à Paris, est condamné pour crimes de guerre concernant l’organisation de la déportation de juifs. Abetz est libéré en avril 1954.

 

 

 

 

 

 

3 commentaires sur “1947 : Joseph Rossé bouc-émissaire de la France

Ajouter un commentaire

  1. Vous écrivez aussi: « À cause de cette condamnation, de peur d’être pris pour des Nazis, les Alsaciens vont rentrer dans le rang et renier leur identité. ».

    Le peuple alsacien a été méfiant pour ne pas dire pleutres dès l’entrée des troupes françaises en 18 et des évènements qui s’en suivirent. Par cette expérience, ils furent méfiants à l’arrivée d’Hitler à Strasbourg ce qui servira au gouvernement français pour en déduire dans un jeu intellectuel faussé que les Alsaciens sont francophiles. L’histoire officielle de l’Alsace constitue un mensonge d’état réalisé dans ce qui constitue une terreur psychologique.

    J’ai eu de la chance d’être élevé par ma grand-mère qui côtoyait principalement de nombreuses personnes de sa catégorie d’âge et comme il n’y avait pas de téléviseur, je ne pouvais qu’écouter. Plus tard, quand les SchàrtzWolf ont fait parler d’eux, tous ces sujets revenaient sur la table.

    Mon témoignage est donc de seconde main, mais l’ampleur de ces discussions ne me laisse aucun doute sur la violence du malaise alsacien.

    J’aime à rappeler également que l’on ne peut m’accuser de partager les idées des autonomistes puisque je suis notoirement engagé sous l’étiquette France Insoumise pour sa politique respectueuse de l’environnement, sa priorité humaniste.

    Je soutiens que vos affirmations sur ce billet m’apparaissent justes.

    1. Le sujet n’est plus aussi tabou, certaines personnes sont enfin heureuse de pouvoir en parler. Je suis sur une photo dans les Dna, prise lors de l’inauguration de la tombe de Rossé. Une vieille amie de la famille qui a vu cette photo m’a dit « Tu sais, j’étais avec mes parents à l’enterrement de Rossé » La semaine suivante, elle m’a dit que ses parents votaient pour Rossé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :