L’Histoire de l’Alsace en vingt leçons

alsace-en-20-lecons

HISTOIRE DE L’ALSACE EN VINGT LEÇONS
Livre scolaire de propagande édité en 1920.

Après la guerre de 1914/18, les enfants alsaciens ont appris le français à l’école, ainsi qu’une histoire mensongère de leur  région.                                                                               Bien sûr, dans ce livre, les Alsaciens ont tous des prénoms français.

On y apprend que :

Les premiers Alsaciens durent remonter le Rhône et la Saône.
La cathédrale de Strasbourg est inspirée par l’art français.
L’invention de l’imprimerie prépara le rapprochement de l’Alsace et de la France.
Au XVI ème siècle la littérature française est très goûtée en Alsace.
Le merveilleux retable d’Issenheim, œuvre alsacienne toute pénétrée d’influences françaises.
En 1674, Turenne par une belle campagne sauva l’Alsace de l’invasion autrichienne.

L’Alsace a été réunie à la France, non par la force, mais parce qu’elle s’est mise elle-même sous la protection du Roi.
Lorsque, dès 1681, Louis XIV fit son entrée solennelle à Strasbourg, il fut accueilli par les acclamations de la population.
Les Alsaciens deviennent bientôt de bon Français loyaux et fidèles, attachés à leur nouvelle patrie.
Les Alsaciens sont de race celtique et non germanique.                                                              Le dialecte alsacien n’est pas la langue allemande.

L’ALSACE-LORRAINE SOUS LE JOUG ALLEMAND :
(pour ne pas être allemands) Plus de 400.000 personnes quittèrent le pays. dans les derniers jours de septembre 1872, on aurait cru un peuple fuyant devant l’invasion. Les trains étaient bondés, les routes encombrées de pauvres gens. Les uns vinrent cultiver des fermes en France, en Algérie; d’autres petits artisans, cherchèrent une occupation dans les villes…
Et combien de jeunes Alsaciens de 1871 à 1914, ont franchi la frontière pour ne pas servir dans les armées allemandes !                                                                                                   En 1872, sur 33.000 jeunes gens, 7.400 seulement restèrent au pays; les autres s’étaient engagés dans la Légion étrangère.                          

Et tous les ans, jusqu’en 1914, des milliers de réfractaires viennent servir la France.

Les auteurs ignorent le fait que grâce à Bismarck, les Alsaciens bénéficient du meilleur régime social au monde, inexistant en France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :