De Gaulle, bien sûr !

Au départ il y avait « HARA-KIRI » journal mensuel  satirique, paillard et franchouillard fondé en 1960 par François Bernier (dit professeur Choron) et François Cavanna. 

Sinistre époque en noir & blanc, comme la télévision. La guerre d’Algérie battait son plein et l’ex général de Gaulle était sacré. Malgré sa retraite militaire depuis 1945, il continuait à porter son uniforme et se faire appeler Mongénéral (comme écrivait le Canard enchaîné), lors des interventions télévisées et des voyages officiels. Dans la presse, on parlait du général et non du président de Gaulle.

En Alsace, le critiquer était un blasphème. Lors de ses visites officielles, les écoles étaient fermées et les élèves munis d’un drapeau tricolore emmenés d’office faire de la figuration et remplir les places publiques.

En ce temps-là, la majorité était à 21 ans. A 18 ans, les jeunes avaient le droit de se faire tuer à la guerre. Par contre, ils n’avaient pas le droit de voter.  Ni de lire n’importe quoi, c’était bien trop dangereux.

En 1969 est créé « L’HEBDO hara-kiri ». C’était un bol d’air dans la presse française trop conformiste. Bandes dessinées, articles politiques et premiers articles sur l’écologie emplissaient le journal.  A part la presse syndicale et le « Canard enchaîné », personne ne critiquait Mongénéral.

29 avril 1969 : la France vote contre le référendum de de Gaulle qui démissionne.

1er novembre 1970 : Un drame émeut la France entière : l’incendie du dancing le 5-7 à St-Laurent-du-Pont en Isère qui a fait 146 morts.

9 novembre 1970 : Décès de Charles de Gaulle dans sa propriété de Colombey-les-deux-Eglises. 

10 novembre 1970 : Jour de deuil à la caserne. Rassemblement en tenue de sortie à huit heures du matin sur la place d’armes. Discours pompeux du colonel, sonnerie aux morts et drapeau en berne. Le discours se termine par : Aujourd’hui est un jour de deuil national. A part les services, il n’y aura aucune activité dans la caserne. Regagnez vos chambres pour vous recueillir. Exceptionnellement, le foyer sera ouvert toute la journée.

Un air de bonheur flottait dans la caserne par cette froide journée d’hiver. Pas de maniement d’armes à subir ou encadrer. Les gradés se sont empressés de rentrer chez eux. Pour la plupart des appelés de Gaulle était un vieux crouton sans intérêt qui bassinait le monde avec sa guerre qui paraissait lointaine. Le foyer était noir de monde, toute la provision de bière a été bue dans la joie et la bonne humeur. Journée de beuverie, chansons paillardes et cuite mémorable pour beaucoup.

16 novembre 1970 : Parution du dernier Hebdo hara-kiri, interdit par le Gouvernement.

hebdo

23 novembre 1970 : Reparution du journal sous le titre « CHARLIE hebdo » en référence à de Gaulle qui a fait interdire le titre plusieurs fois.

charlie 1

Pour mémoire, lors de son voyage officiel au Québec en 1967, dans son discours à Montréal, de Gaulle a prononcé ces mots sous les vivats de la foule.

Vive Montréal !  Vive le Québec !  Vive le Québec libre ! 

Son discours a généré une crise politique avec le Canada, par contre, il eu un énorme succès au Québec comme en France.

Comment réagiraient nos élus politiques si Angela Merkel en visite officielle à Strasbourg terminait son discours par ces mots ? :

Vive Strasbourg !  Vive l’Alsace !  Vive l’Alsace libre !

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :