4/01/2016 : Discours d’Andrée Munchenbach, présidente d’Unser Land

Liewi Friend, chers amis

Ce 4 janvier 2016 est une date à marquer d’une pierre noire dans l’histoire de l’Alsace. A partir d’aujourd’hui il n’y a plus d’instance politique pour représenter l’Alsace comme région. Il n’y a plus de Conseil Régional d’Alsace.

A quelques centaines de mètres d’ici se réunit une assemblée pléthorique de 169 élus issus des élections inter-régionales de décembre, censés représenter les intérêts des Alsaciens, des Lorrains, des Champardennais.

Nous ne reconnaissons aucune légitimité à cette assemblée où ne siègent que ceux qui cautionnent la dérive autoritaire et anti-démocratique du gouvernement et la disparition de 3 régions historiques.

Nous ne reconnaissons pas cette fusion imposée contre la volonté des peuples concernés et au mépris des chartes internationales que la France a signées.

La méga-région, dont l’intérêt économique n’a jamais été démontré, est une usine à gaz. Elle est objet de dérision de la part de nos voisins.

169 Conseillers méga-Régionaux se rajoutent aux 400 Conseillers Départementaux pour des « compétences » complémentaires sinon concurrentes, fléchées, contrôlées par l’État central qui leur concède chichement un budget global de 8 milliards d’euros. Au Bade-Wurtemberg 138 élus gèrent 43 milliards d’euros, soit 4 x moins d’élus pour 5 x plus de budget ! Comparons les bilans : 4% de chômage dans le Land, plus de 10% en moyenne en Alsace -Lorraine -Champagne-Ardenne…

Cette assemblée à quelques centaines de mètres d’ici est à l’image de la vie politique en France, qui se résume à une lutte d’influence entre deux partis, deux “familles” que peu de choses distinguent et que d’ailleurs l’intrusion d’un troisième larron rapproche encore davantage. Les 169 méga-conseillers représentent de fait non pas les intérêts du peuple ou des peuples qui les ont élus, mais les intérêts de leurs 3 partis respectifs, auxquels ils doivent leur élection.

L’Alsace n’a rien à attendre de cette méga-assemblée. Elle n’a rien à attendre de ses élus, qui seront de toute manière minoritaires face aux élus lorrains et champardennais au moment du vote des budgets. Des élus qui n’ont rien fait pour préserver l’Alsace au moment du grand découpage, alors qu’ont été préservées la Corse et la Bretagne. Ils n’ont pas pipé quand le peuple alsacien a été insulté puis spolié. Ils continueront à filer doux. Ces nouveaux élus sont aux ordres de leurs partis parisiens, auxquels ils doivent leur strapontin. Nous ne leur accordons aucun crédit.

Jetzt làngt’s !Wo das Recht zu Unrecht wird, wird Widerstand zur Pflicht !

Unser Land a particpé aux élections méga-régionales de décembre, pour dénoncer l’absurdité de la réforme territoriale et les abus du système politico-adminitratif français.

Si nous avions eu des élus, nous aurions pu agir de l’intérieur pour empêcher l’incrustation de la méga-région et travailler au retour au périmètre d’origine et à une vraie émancipation de l’Alsace. Les conditions du scrutin, la taille et l’incohérence de la méga-région, nous donnaient peu de chances d’avoir des élus. Et c’est malheureusement le scandale de l’organisation politique en France où on réforme non pas pour + de démocratie, mais au contraire pour un appauvrissement du débat politique.

Les récentes réformes territoriales, en agrandissant démesurément les circonscriptions, éliminent les “petits candidats” et éloignent les décideurs du terrain et du contrôle de la population. Elles confortent le bipartisme, le partage du pouvoir entre copains et coquins… au détriment de la pluralité, au détriment de la vraie démocratie.

Malgré les obstacles du code électoral, Unser Land a obtenu près de 12% des scores au premier tour des élections de décembre en Alsace. Si le périmètre de notre région avait été respecté, Unser land aurait des élus dans un Conseil Régional alsacien.

De toute manière, en Alsace, Unser Land s’impose depuis ses résultats aux Départementales comme la 3ème force politique en Alsace. Le parti régional a dépassé deux partis nationaux, qui dispose pourtant de moyens financiers de de communication sans commune mesure : le PS et EELV.

Unser Land a toute légitimité pour proposer une alternative au système. Nous avons même un devoir. Face à nos électeurs, face à tous ces Alsaciens qui se mobilisent, et face à l’histoire.

En 1871, l’Alsace disparaissait de la carte de France, abandonnée – déjà – par le gouvenrment et une écrasante majorité de l’Assemblée Nationale. En signe de protestation, la statue représentant Strasbourg place de la Concorde à Paris avait été recouverte de crêpe noir.

En 1953 au moment du Procès de Bordeaux, pour protester contre l’incompréhension de la France face au drame des malgré-Nous, le monument aux morts de cette place a été également recouvert de crêpe noir. Nous allons reproduire ce geste pour protester à notre tour et nous engager solennellement dans la résistance pour la défense de nos droits, de notre double culture et de l’idée que nous nous faisons de la démocratie.

Nous protestons contre la disparition de notre région, riche d’une culture plus que millénaire. Nous protestons contre cette nouvelle injustice infligée à notre Heimet.

Nous recouvrons d’un voile noir cette magnifique allégorie de l’Alsace portant ses deux fils, symbolisant des deux composantes culturelles pour qu’elle ne voie pas ce qu’on fait d’elle, ce que font d’elle ceux qui avaient mandat de la défendre.

Mais nous sommes là tout près d’un autre symbole : le Landtag. Le lieu historique de l’autogestion politique qu’ont conquise nos ancêtres il y a un siècle. Nous nous engageons à continuer leur combat.

Nous nous battrons contre une forme de totalitarisme, contre l’impérialisme de l’uniformisation, pour le respect de notre diversité, pour l’autonomie locale. La gestion locale, au plus près du terrain, l’application du principe de subsidiarité est une réalité banale en Europe, en particulier chez nos voisins allemands et suisses. Elle est imposée par la Charte européenne de l’autonomie locale que la France a signée et ratifiée et qu’elle viole, avec le consentement de sa classe politique. L’autonomie locale est une revendication normale et légitime. Elle demeure une incongruité en France.

Mais c’est notre combat. Nous le mènerons pour que l’Alsace redevienne respectée et autonome, Hand in Hand mitnàand fer unser Lànd!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :